IMG_7475

A chacune sa routine : moi je me lève, je me pèse. Tous les jours. Avant mon verre d'eau du matin, s'agirait pas de prendre 250g bêtement, et sans oublier de déduire les 200g de la nuisette en coton, les 100g de celle en soie, ou les 400g de celle d'hiver (incollable je suis sur le poids de chacune de mes fringues). Ca ne sert à rien me direz vous ; je sais. Enfin, ça m'a au moins servi à identifier mon kilo baladeur, celui qui me fait une grimace le lundi matin, après les soirées du WE, et déguerpit sa race le mercredi ou le jeudi après deux ou trois km de piscine.
Alors le jour où mon pèse-moi en verre éclate subitement en mille morceaux (sans que je sois montée dessus je précise), je file direct chez Tromé en racheter un autre, sans défaut siouplait. Avec cette fois calcul de masse graisseuse (on va dire de masse maigre), ce qui m'a rappelé avec nostalgie un réveillon de mi-année du tout début de la décennie, où on avait crouté avec Serial Shoppeuse et Mauresque Girl la tout nouvelle balance high tech du bachelor of the year de l'époque en enregistrant tous nos poids dans son bijou. De quoi le faire passer pour le tombeur of the year auprès de sa prochaine conquête (on vous rassure, elle n'a pas été découragée et lui a fait deux filles depuis).
Enfin, pour les mesures savantes du jour j'attends toujours, vu que la balance sans défaut de cet aprèm vendue avec piles inclues n'avait en fait pas de piles en rentrant à la maison, c'est ballot. Je vous tiendrai au courant, Saint-Jack est OK pour aller en acheter demain, il doit être intrigué par le calcul de sa masse maigre. Et des longueurs qu'il va devoir faire en plus tous les matins pour la faire évoluer, hé hé.

Et vous, à part pour gérer les excédents de bagages sur Air Faguo, la balance c'est tous les jours, tous les mois ou no way ?